Le wagon entier est une gueule et chaque gueule pré-mâchée à l'intérieur est une gueule en sommeil : assemblée face à moi qui roupille, respiration croissante à mesure que le train accélère. Portes fermées, fenêtres idem, je n'ai plus le choix que de me laisser dissoudre par leurs ronflements insupportables.