La grippe A n'est plus mais la gastro menace. Et tellement de visions de nausées fragmentées et éclats déversés sur les crânes que je ne peux retenir plus la psychose qui dévore : je me recouvre les mains, la peau, le sang, de gel antibactérien sans rinçage et je frotte, frotte, frotte. Une fois séché je tartine à nouveau l'aminomethyl propanol pomme-poire, je me frictionne le corps, jusqu'à épuisement du gel dans la bouteille plastique, jusqu'à décapement de la peau sur les os, jusqu'à ce que tout pique et tout brûle : la bonne odeur de propreté à l'envers du corps.