J'écris des crottes de carte-postale, des paysages couché de soleil par dessus la mer bleue, des slogans pour anniversaire, de belles notules chargées de grave mélancolie. Il y a un mot pour saisir ces instants là et ce mot ce serait cul-cul. L'être, le fuir, le devenir, serait, en soit, une peur primaire de plus, une peur primaire qui craint.