Un enterrement, un autre. On se rappelle les pourcentages et l'espérance de vie plutôt très bonne à en croire les toubibs. Mais les probabilités ne sont que des probabilités, pas vrai ? Je crois que les pourcentages le mâchent, je crois qu'ils sont tous là, dans son cercueil, en train de le digérer. Je ne me souviens même plus de la dernière fois où nous nous sommes revus, des derniers mots entre nous échangés, derniers regards, derniers silences aussi. Si je reviens vers lui après les pourcentages c'est que le temps m'y porte. Quelqu'un prononce la phrase «  On a peur, on s'imagine avoir peur ».